• Fondation du Noviciat à Flavigny (Côte-d’Or) en 1824

Les Sœurs de la Providence de Portieux sont appelées, par Monseigneur de Boisville, Evêque de Dijon pour fonder une maison de Noviciat à Flavigny en 1824. Elles ont l’appui de Monsieur Dard, Directeur du Séminaire de Flavigny.

Sœur Adélaïde Leclerc est envoyée de Portieux et arrive le 30 janvier 1824 à Flavigny (Côte d’Or). Très vite sept aspirantes vont se présenter et seront suivies par Sœur Adélaïde.

Dans le même temps, les Sœurs du Père Moyë avaient ouvert un noviciat à Painblanc sous la direction de Monsieur Mene, curé de Flagey puis de Painblanc, qui change quelque peu le règlement et le costume des sœurs de Portieux.

C’est le début de difficultés dans les relations des communautés de Flavigny et Painblanc qui vont durer plusieurs années.

  • En 1828, Sœur Adélaïde a été élue Supérieure générale des Sœurs de Portieux.

L’Evêque de Dijon réagit de suite et tient à garder la Sœur pour Flavigny et s’oppose donc au déplacement de Sœur Adélaïde. Le Père Fëys, cède et une nouvelle élection choisit Thérèse Mourey, comme Supérieure générale. Le 30 mai 1828.

Des années de tension vont voir le jour entre Portieux et Flavigny.

  • Le 20 octobre 1832, Monseigneur Dupont, Evêque de Saint-Dié, signe l’acte de séparation.

Les Sœurs de Flavigny engagent très vite des démarches de reconnaissance et en 1835, elles obtiennent la Reconnaissance par l’Etat et prennent le nom de « Sœurs hospitalières de l’Instruction Chrétienne, dite de la Providence »

Le 15 septembre 1844, la nouvelle congrégation fait l’acquisition de la Maison de Vitteaux et élisent Sœur Adélaïde Leclerc Supérieure générale.

Le transfert de Flavigny à Vitteaux se fera le 22/07/1846.

Des années vont s’écouler. Les Sœurs de Vitteaux créent de nombreuses écoles. Elles connaissent les épreuves de 1870 et 1902, où presque toutes leurs écoles devront être fermées.

  • Mission au Pérou.

C’est en 1903 qu’elles enverront des Sœurs missionnaires au Pérou. Elles y resteront 10 ans.

  • Décret de réunification le 21 novembre 1935.

Des liens subsistent cependant entre les deux congrégations et peu à peu un désir de réunification se fait jour.

Le 21 novembre 1935, le décret de réunion est signé. Le Pape Pie XI reçoit les deux supérieures générales le 5 décembre 1935. Il leur dit :

« Voilà les deux Providence réunies. Elles n’en font plus qu’un maintenant.

Vous rentrez dans l’ordre, l’unité. Je suis content

Nous le désirons, Nous le voulons, Nous le bénissons. »

 

 Le couvent de la Providence de vitteaux